Accueil

 

 

Le Labo de la Maison du Conte est fini. Une page se tourne et une nouvelle commence.
Nathalie Bondoux interroge les habitants de Saulx-les-Chartreux et du quartier Sainte Geneviève à Auxerre, sur leur manière d’habiter.

En ces temps de confinement et de re-confinement, notre lieu de vie, que ce soit une maison ou un appartement, est devenu l’élément principal de notre quotidien. Mais comment et de quelle manière habiter chez soi ? Est-ce qu’habiter chez soi ce n’est pas déjà habiter son corps ? Et ne serait-ce pas aussi et surtout habiter le monde ?

 

2022, une année pour prendre le temps de rêver… Rêver de mieux habiter le monde, de mieux s’habiter aussi, plus pleinement, plus sereinement.

Une année pour prendre le temps d’habiter poétiquement le monde comme l’écrit Christian Bobin dans “Le plâtrier siffleur” : “J’essaye de recueillir des choses très pauvres, apparemment inutiles, et de les porter dans le langage. Parce que je crois qu’on souffre d’un langage qui est de plus en plus réduit, de plus en plus fonctionnel. Nous avons rendu le monde étranger à nous-mêmes, et peut-être que ce qu’on appelle la poésie, c’est juste de réhabiter ce monde et l’apprivoiser à nouveau.”

Après avoir pris le temps en 2021, d’écouter les récits des habitants et habitantes de Saulx-les-Chartreux, voici les 3 éclats sonores de la médiathèque parlante à écouter. Merci à la médiathèque Jean de la Bruyère et spécialement à Laetitia Rojas d’avoir rêvé et mis en place ce très beau projet.
Toutes les musiques et les arrangements sonores sont de Paul Schelcher et les illustrations de Coline Peyrony.
Un grand merci à la famille Hordesseaux, Pipard Thavez, Foucault et à Mr Faucher de m’avoir ouvert les portes de leurs maisons, ainsi qu’aux jeunes femmes du foyer Viv’Espoir d’avoir témoignées.

Je vous souhaite une belle rencontre avec Saulx-les-Chartreux, ses habitant.es et le monde vivant qui l’habite.
Si vous souhaitez venir le samedi 26 mars 2022 à la médiathèque Jean de la Bruyère, vous y rencontrerez celles que vous allez entendre.

                                                           Nathalie Bondoux

« Habiter c’est bien davantage que demeurer dans son logis, c’est humblement faire corps avec son milieu. Habiter, c’est toujours cohabiter. »  Philippe Simay