Coquelicot en tête

Ca y est, Coquelicot, le frère jumeau d’Asol a sa tête sorti du papiétage. Pour l’instant c’est un prototype avec lequel je vais commencer à travailler afin de tester l’idée de marionnette que j’ai en tête. Rendez-vous le samedi 11 février à 16h à la médiathèque Georges Sand pour les voir s’animer…

En attendant, voici les différentes étapes de création de la tête de Coquelicot :

La collecte de plastique continue à Palaiseau

Collecte au Pileu

 

Après le Métamorphoz’ Plastic à Lozère, le voici aux Hautes Garenne et au Pileu, alors n’hésitez pas à vous arrêter dans les médiathèque pour emprunter des livres et déposer quelques plastiques propres qui vous encombrent !!

Recherches autour des personnages d’Asol et Coquelicot

Lorsque je créée un nouveau spectacle, j’aime avoir des moments de rencontres avec le public afin de montrer une étape de travail, d’échanger avec les personnes présentes, ressentir si la piste de travail est bonne ou pas, etc…
J’ai besoin de ces temps concrets dans mon processus de création même s’ils ne sont pas confortables et que ce que je présente est fragile.
Ainsi, samedi 11 février 2023 à 16h, à la médiathèque Georges Sand de Palaiseau, ce sera l’occasion de présenter le travail en cours autour des personnages d’Asol et Coquelicot, les enfants d’Espéranza.

En attendant, voici un petit aperçu en image des différentes versions d’Asol et Coquelicot réalisées à différents moments :

Tout premier essai lors de la résidence à Animakt. Coquelicot créé par Solène Niess en mai 2022. Un sac en plastique avec une structure en fil de fer.
Ici la version illustrée de Léonie Le Bas en octobre 2022.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et là, le modelage du masque qui deviendra la marionnette de Coquelicot, que je viens tout juste de réaliser. Prochaine étape : le papiétage.

Et puis un passage du texte avec Asol et Coquelicot :

Asol et Coquelicot continuaient à descendre dans les profondeurs de Villemondice. Les bruits étaient de plus en plus forts et il y avait aussi des vibrations à intervalle régulier tum tum. tum tum

– Asol, j’ai peur, on y voit rien et puis tous ces bruits…
– J’suis là Coquelicot, t’inquiète pas.

tum tum

Devant Asol, son bézabu fait un drôle de bruit, comme un couinement. Celui de Coquelicot se met lui aussi à couiner…          tum tum tum tum

C – Qu’est-ce qui se passe ?
A – J’sais pas, j’ai l’impression que nos bézabus tournent en rond… Comme s’ils cherchaient quelque chose.

tum tum

Quand les bézabus font demi-tour Asol et Coquelicot comprennent qu’ils sont arrivés : le coeur de Villemondice est là, sous leurs mains, sous leurs pieds ! C’est lui qui vibre, qui cogne !        tum tum tum tum

A – Bon, Maintenant, faut trouver une ouverture pour entrer dedans.
C – Comment on va faire sans les bézabus ?
A
– Aucune idée Coco !

 

Le Métamorphoz’ Plastic

Pendant plusieurs semaines un drôle de monstre va se balader dans les médiathèques de Palaiseau : le Métamorphoz Plastic. Il est à la bibliothèque de Lozère du 4 au 18 janvier 2023, puis migrera dans les annexes Hautes Garennes et Pileu du 21 janvier au 1er février pour finir son petit tour à George Sand du 4 au 15 février.

Venez lui donner à manger dans les médiathèque de Palaiseau !
Tous les plastiques propres sont bienvenus : bouchons, papier bulle, bâches, bouteilles, mousse de protection, liens d’emballage…
Ces matières serviront au spectacle.
Rendez-vous le samedi 11 février à 16h à Georges Sand pour voir un extrait d’Espéranza !!

Espéranza, ça continue !

Début décembre j’ai présenté un extrait d’Espéranza à la classe de CM2 de l’école Jean Macé avec qui je serais sur scène le 30 mai au conservatoire de la ville de Palaiseau.  Je vais les retrouver régulièrement de janvier à mai afin continuer à imaginer le spectacle. Leur grande attention tout au long de l’extrait m’a permis de plonger plus loin dans l’histoire d’Espéranza. Ce fut une belle rencontre que Stéfan Meyer a filmé et photographié.
Petit retour en images :

 

Villemondice en expansion

Entre novembre et décembre, Villemondice s’est agrandit de la faune et la flore en tout genre et de toutes formes, imaginées et réalisées par les 3 classes du passeport culturel : la classe de CE2 de l’école Vaillant, la classe de CM2 de l’école Caroline Aigle et la classe de CM2 à l’école Thailhan.

Les Chétiflors, Clématueurs et autres Déchétosors sont allés rejoindre les Araignettes, les Drotophores, les bézabus et les fragmites qui peuplaient déjà Villemondice.

Les drotophores :
Font partis de la famille des luminescents, flore utile de Villemondice.

Réalisation plastique : Léonie Le Bas Photo : Stéfan Meyer

Les drotophores sont des sortes de champignons-lampes qui diffusent une lumière douce et bleutée une fois la nuit tombée sur Villemondice. Les drotophores se reproduisent par dissémination naturelle, ainsi tout Villemondice est éclairée la nuit par les drotophores, ce qui change de la lumière grisâtre du jour.

La taille des drotophores est assez variable, de 1 à 2 centimètres à 15 pour les plus grands observés à ce jour. Il existe des tapis de drotophores, qui éclairent de manière très intense certains endroits de Villemondice.

Espéranza : ça chôme pas !!

Depuis la rentrée, nous n’avons pas chômé. Mois après mois, Espéranza, Asol, Coquelicot, la Femme Mémoire et Celle du Dedans prennent corps, tant par mes mots que par dessins ou les créations plastiques de Léonie.

Illustration : Léonie Le Bas

Espéranza, extrait :

La colline des assignations ! Bien sûr, à cette heure-ci il n’y aurait personne pour lui interdire l’entrée ! Espéranza court. Arrivée à la colline des assignations. Personne. Elle passe les barrières, la zone des pesées, celle des mesures, des osculations… Son ventre se serre. Elle est passée par là elle aussi : on l’avait pesé, mesuré, ausculté, pour l’envoyer là-dedans. Elle était encore petite :
– Les enfants c’est pratique, ça s’faufile dans l’plastique !! Qu’on lui avait dit.

Plonger, ramener, remonter, exhumer, arracher, retirer le Plastique-Pratique des entrailles de Villemondice pour qu’il puisse servir encore et encore et encore et encore et encore

Mais c’était loin maintenant. Comment faire entrer son corps qui avait grandi et qui s’était épaissi en accueillant Asol et Coquelicot dans son ventre ? Son ventre… Il se serre de plus belle.
– Asol, Coquelicot, où êtes-vous ?

Espéranza a enfin trouvé une entrée : une sorte de tube qui s’enfonce dans Villemondice. Elle se laisse descendre. Le tube s’incline de plus en plus. Ne s’accrocher à rien, laisser filer, se faire sac, se laisser tomber.

Les prochains RDV du festival du Monde en Récits

Mercredi 26 octobre à 15h à la Médiathèque George Sand /
Debora Di Gilio racontera et nous parlera de sa manière d’être conteuse.
Réservations : 01 69 31 78 25

Samedi 29 octobre de 10h à 17h à MJC – Théâtre des 3 Vallées de Palaiseau “Le corps du conteur” Atelier animé par moi-même. 35€/journée

Dimanche 30 octobre à partir de 12h La caz à lisa Scène ouverte
Inscription pour raconter : smombo@orange.fr
Pour déjeuner : 09 87 73 69 75

Mercredi 2 novembre de 10h à 13h, au Centre social des Hautes Garennes, “Éloquence !” Atelier animé par moi-même.
5 €/matinée (action subventionnée par la ville de Palaiseau)
Réservations : smombo@orange.fr

Jeudi 3 novembre à La Petite scène, Espace Salvador Allende, av. de Stalingrad à Palaiseau
-à 14h30, Hélène Palardy raconte “Fiasco pour les canailles” (Famille dès 5 ans) / tarif unique : 6 euros
-à 20h, ô Janis, Plongée enivrante dans l’univers de Janis Joplin, Adulte dès 14 ans / Tarif unique : 10 euros
Réservations : smombo@orange.fr

Vendredi 4 novembre
Ange Grah raconte
-à 15h à la Médiathèque George Sand à Palaiseau. “Dans la Forêt du Banco” Tout public
-à 20h, Veillée contée + repas partagé sur réservation smombo@orange.fr

L’Odyssée dans le festival du Monde En Récit, à Palaiseau

Dans l’Odyssée, les personnages, les évènements et les retournements de situations sont nombreux. C’est un récit riche et complexe. Il faut pouvoir suivre le fil ! Hier soir, nous avons goûté le travail d’une tisseuse hors pair. Nathalie Bondoux, à la manière de Pénélope s’attelant au suaire de Laërte (père d’Ulysse), a enchevêtré et dés-enchevêtré l’Odyssée, par bribes. Elle nous a offert un espace et un temps d’une rare qualité.
Le public en a pris la mesure. Silence délicat, regards brillants, sourires, rires. Nous étions tous en suspend. De la voisine nonagénaire qui a réussi à s’éclipser du chevet de son mari malade… au petit bout d’chou, qui même s’il n’a pas dû tout comprendre, a senti qu’il vivait un moment rare.

Après la racontée nous avons bien bu et bien mangé

ce que chacun a apporté. Un vrai festin ! Nous n’étions pas si loin du banquet des Dieux de l’Olympe.

Merci pour vos présences, votre envie de partage, vos donations généreuses. Remerciements également à nos hôtes, Agnès et Alain ainsi que les familles de leur joli habitat partagé. Quel accueil !!!
Nathalie a souhaité diviser la recette pour qu’une partie soit reversée à l’organisation du Festival du Monde En Récits. L’autre servira “Espéranza”, sa création en cours.
Sylvie MOMBO

Espéranza – Résidence à Animakt

Après une semaine au vert en Bourgogne, j’ai retrouvé avec plaisir la ville de Saulx-les-Chartreux pour une résidence  à Animakt, très beau lieu d’accueil et de création.

Au frais dans la salle de la Barakt, j’ai pu poser la première pierre d’Espéranza grâce à l’accompagnement bienveillant et exigeant de Julie Dufils et Solène Niess.

 

La plasticienne Léonie Le Bas avait tout juste fini le prototype de la “bâche-monde” ; j’ai pu commencer à explorer ses possibilités avec la Femme Mémoire.

Photo : Stéfan MEYER

Jeudi après-midi, la classe de CM2 de Mélanie est venue voir le travail en cours, clin d’oeil aux ateliers de l’année dernière.
La présentation de cette première pierre fut l’occasion d’échanger avec la classe ainsi qu’avec  le public présent à Animakt lors du déjeuner partagé.

Le chemin commence tout juste, il sera long mais en bonne compagnie il sera beau, j’en suis sûre !! Suite l’année prochaine à Palaiseau, puisqu’Espéranza sera en résidence à la Fabrique Culturelle de septembre 2022 à juin 2023 !!

Merci à Sylvie Mombo pour les photos lors de l’échange.