Habiter chez soi, habiter le monde – Fin de résidence à Saulx les Chartreux

J’ai beaucoup apprécié les voyages que nous avons réalisés entre femmes deux samedi matin en partance de la médiathèque de Saulx pour la forêt, la cité et ses HLM, la grande maison et même pour visiter un cube !!!!

Nous avons également voyagé dans l’ enfance de chacune avec les textes sur les cicatrices. Finalement l’idée d’avoir choisi ces textes pour qu’ils soient lus et partagés à la soirée du samedi 26 Mars me semble vraiment judicieux, parce que ces textes sont «  vrais »et cela le public l’a ressenti. Nous avons fait un partage d’instants de vie et cela était comme un trait d’union.

Donc un grand merci pour cette expérience qui se prolongera avec d’autres sujets d’écriture  d’autres voyages, d’autres partages, et de belles rencontres en perspective.

Elisabeth Pidoux


Photo : Stéfan Meyer

Habiter chez soi, habiter le monde – Fin de résidence à Saulx les Chartreux

Pour Nathalie en référence à la chanson Nathalie de Gilbert Bécaud

Nathalie, notre guide

Tu n’es pas à Moscou mais à Saulx les Chartreux
Ce n’est pas l’hiver mais le frémissement du printemps
Tu n’as pas les cheveux blonds mais une toison argentée
Tu ne n’extasies pas devant la révolution d’octobre mais sur le bruit des chariots de fraise
Tu  ne parles pas en phrases sobres mais en mots colorés et plein d’humanités
Tu nous a bien guidé dans cette visite de nos maisons et de nos corps.

Pour Sophie en référence aux malheurs de Sophie

Les bonheurs de Sophie

Nous avons été sages devant la comtesse des mots
Nous avons été créatives grâce à la fée de l’inspiration
Nous avons lu nos textes comme des petites filles modèles

Poème de Dominique Pipard Thavez et photo de Stéfan Meyer

Quand les rêves débarquent à Bezons et à Pontoise

En ce moment,  les rêves ont du mal à se faire une place parmi nous…

Pourtant nous en avons tous bien besoin ! Heureusement,  les rêves recueillis depuis plusieurs années ont pu se faufiler dans les oreilles des jeunes  bezonais et bezonaises le 5 mars et dans celles des  pontoisiens et pontoisiennes le 12 mars.

Installée dans un coin tranquille de la médiathèque, chacune et chacun a pu choisir une bulle contenant un rêve, parfois deux ou trois. Certain.es ont raconté un cauchemar, que nous avons pu faire partir loin, loin, loin !

Une fois les rêves offerts puis recueillis et les cauchemars partis, tout le monde a pu s’installer dans la salle de spectacle en compagnie de Luna, Ed, la Toute Folle et Serpent Rêve.

A Bezons :

Puis dans  la cave voûtée de Pontoise :

  

Un grand merci à Delphine et à Isabelle pour leurs photos ainsi qu’aux rêveuses et rêveurs de Bezons et de Pontoise de m’avoir offert leurs rêves.
Nathalie

Ulysse au gré des vents en Corse !

Ne voulant pas tenter Poséidon et c’est par la voie des airs que nous avons rejoint l’île de beauté pour y conter le voyage d’Ulysse et de ses compagnons. Ce samedi 26 février, tout est calme dans la médiathèque l’Animu. La salle s’est remplie au fur et à mesure si bien que le bateau était plein lorsque nous avons largué les amarres, avec à notre bord, une journaliste de Portivechju :

” Les jeux scéniques de la comédienne Olivia Machon et de la conteuse Nathalie Bondoux, ont entraîné tour à tour le public sur le bateau d’Ulysse et sur les îles, les faisant même mimer ensemble les gestes pour ramer vigoureusement pendant la tempête et aussi tirer au sort le nom de la prochaine escale.

Olivia et Nathalie, passionnées de mythologie ont imaginé entièrement cette interprétation il y a quelques années et y mêlent aussi des parties improvisées, selon le public présent. Elles ont même poussé le détail jusqu’à chanter en langue grecque. Le jeu de la conteuse habitée par le personnage d’Ulysse, ses intonations, ses attitudes corporelles, étaient en totale symbiose avec la comédienne qui interprétait le marin Polytès, celle-ci apportant un peu d’humour et de légèreté.”

Il est vrai que Poséidon était en forme et que le voyage a été quelque peu bousculé… Tout a commencé tranquillement, par les Sirènes, puis Lotophages, jusqu’ici tout allait bien, pas de perte à déplorer. Mais quand nous avons débarqué chez les Lestrygons ça a commencé à se corser… De Charybde en Scylla en passant par le Cyclope, nous avons fini aux enfers, sauf Ulysse bien sûr qui s’en sort toujours !!

Contes au grand air

Cet été, c’est au grand air, au pied des immeubles ou sous les arbres, que conteuses et musiciennes ont “Cont’Animé” les oreilles de spectateurs et spectatrices de tous les âges.
Ce fut un grand bonheur de retrouver un public prêt à écouter les contes et heureux de se retrouver au grand air et en direct ! Un grand merci à toutes les structures et mairies qui ont organisé ces événements malgré les difficultés.

Sophie DAVID et Nathalie BONDOUX à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Sophie DAVID et Annie MONTREUIL à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Julie DUTOIT et Annie MONTREUIL à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Julie DUTOIT et Nathalie BONDOUX à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Nathalie BONDOUX à Meung-sur-Loire : “Fées !…?”

Nathalie BONDOUX au Domaine de Chamarande : Balade contée “Dans le murmure des arbres”

Nathalie BONDOUX à St Gratien : “Contes au grand air”

Déméter, la colère du féminin – Stage conte et danse

Les récits de la mythologie grecque sont les racines de notre culture occidentale. Vieux de plusieurs siècles, ils sont pourtant d’une actualité brûlante : guerre, rapts, viols, inceste….
Ils sont pleins de bruits et de fureurs mais aussi d’archétypes et de symboles porteurs d’émotions, susceptibles de nous inspirer en nous donnant force de Vie et enthousiasme.

Nous avons choisi l’histoire de Déméter, car elle représente notre terre cultivée, généreuse et nourricière, malmenée par Zeus et Hadès, symboles, dans ce mythe, d’un masculin dominateur et prédateur.

Le printemps, avec son énergie montante, est associé à l’émotion de la colère chez les chinois. C’est un sentiment dont on se méfie, que l’on refoule bien souvent, jusqu’à ce que la colère déborde et s’exprime avec violence.

Ecouter et Danser ensemble le mythe de Déméter est une manière de nous relier à la force et à la justesse de sa colère, sources de créativité, nous donnant ainsi le désir de prendre soin d’elle.

Pendant ce temps Pénélope tissait – Les mythes de Déméter et de Gaia

En ce mois de mars, les mythes de Déméter et de Gaia résonnent doublement.
D’une part il y a l’arrivée du printemps :  Déméter tient à fêter le retour de sa fille,  qui vient de passer 3 mois aux enfers, auprès d’Hadès. L’éclosion de toutes ces fleurs qui viennent éclairer la terre et réjouir nos sens sont là pour accueillir Coré, et je ne m’en lasse pas !
D’autre part, il y a la Marche du siècle pour le climat qui aura lieu ce samedi 16 mars dans toute la France. Cette grande marche sera l’occasion, je l’espère, de prendre conscience que Gaia, notre Terre-mère n’en peut plus et qu’il est grand temps de prendre soin d’elle.

Alors, avant de venir écouter les mythes de Déméter et de Gaia, rendez-vous le 16 mars pour marcher avec elles.

Pendant ce temps, Pénélope tissait

Lorsqu’en 2012, nous avons commencé à travailler sur l’Odyssée, avec Emmanuelle Trazic et Olivia Machon, je me suis promise de ne pas laisser Pénélope dans l’ombre d’Ulysse.

De notre collaboration un premier spectacle est né : “Le parcours d’Ulysse”, puis un deuxième : “Ulysse au gré des vents” et enfin un troisième : “Télémaque, fils d’Ulysse”.

Il y était question du père, du fils mais toujours pas de Pénélope à l’horizon…

Cependant, dans le dernier spectacle, nous avons ménagé une place à la reine d’Ithaque, ce qui n’a fait que raviver mon envie de la faire venir sur le devant de la scène.

Mais que peut-on raconter de bien intéressant avec une femme qui attend son mari pendant 20 ans ??!!… Pour accompagner cette mise en lumière de Pénélope, j’ai convoqué d’autres figures féminines, quelles soient simples filles de pêcheurs ou grandes déesses primordiales. Pénélope sera le fils rouge de ces deux soirées contes, à Bruxelles et à Paris.

Du nouveau !

Ça y est, le nouveau roman jeunesse d’Anne-Laure Bondoux (ma soeur) va sortir ! Il sera en librairie dès jeudi 21 septembre 2017.

J’ai eu la chance de le lire en avant-première cet été, un vrai régal ! C’est bien simple, quand on fini un chapitre on a juste une seule envie : commencer le suivant… Il y est question de secret de famille, d’un long tête à tête entre une mère et sa fille, des années 70′ et 80’….

A découvrir et à offrir.

Pour le lancement de son livre, Anne-Laure sera à la librairie Le merle moqueur, avec Coline, sa fille (donc ma nièce), qui a illustré le roman. Ce sera à 19h mercredi 20 septembre, au 51 rue de Bagnolet, dans le 20°.