Pieds d’or à Vernon

Depuis 2 ans que le Pieds d’or m’accompagne, je m’étais promise de le faire sortir enfin de sa forge, en entier, pour la nouvelle année !
Chose promise, chose dûe : rendez-vous à Vernon, à la médiathèque les 15 et 16 janvier. Lors de trois rencontres successives, j’ai pu faire découvrir l’univers bien particulier de Bladé : le vendredi ce sont 2 classes de 6° du collège Ariane qui sont venues me prêter leurs oreilles attentives et le samedi un groupe d’adultes curieux et passionnés du conte.
Chaque rencontre a été unique et à chaque fois, Pieds d’or a grandi et s’est enrichi. Difficile de résumer ici ces temps d’échanges. Juste quelques impressions :
Tout d’abord l’envie et la peur de conter cette histoire tout juste sortie de mon atelier de rêveuse. 
Puis quand le public est là, plonger dans le conte et sentir quand il prend corps ou quand il fuit, lorsque quelque chose se passe et que tout coule ou  lorsqu’il manque quelque chose et que ça grince et que ça cahote. Et parce qu’ils sont là, à attendre la suite, ne pas m’arrêter, accepter ce qui vient à ce moment-là, sans juger (ou presque…).
Enfin, vient le temps de l’échange : les questions, les remarques, les enthousiasmes et les incompréhensions. Essayer de faire toucher du doigt le métier de conteuse, tel que je le vis, tel que je l’expérimente. En plus de leur présence, les collégiens, m’ont offert une carte de la Gascogne, il faudra que j’aille y faire un tour un de ses jours prochains, c’est sûr ! 
La tour des archives
Pour finir, le dernier cadeau que m’a offert Vernon : la tour où Pieds d’or reste enfermé 7 ans. Elle était là, juste à côté de la médiathèque, elle sera maintenant dans mon conte, même si ce n’est pas une tour gasconne !
Vient maintenant le temps de la digestion et du rêve. Peut-être un rêve qui m’emmènera plus loin sur les rives du Gers et plus profondément dans l’obscurité de la tour… 
Un grand merci à tous ceux et celles qui m’ont prêté leurs oreilles pour que Pieds d’or puisse enfin prendre corps et voix.
Nathalie

5 réponses sur “Pieds d’or à Vernon”

  1. Merci pour votre travail. Vous entendre a été très enrichissant et je le crois aussi pour les élèves.
    A mes yeux, c'est important qu'il voit qu'un conte est toujours en devenir selon le conteur, le public, l'époque.
    Rien n'est figé, c'est un lieu d'enrichissement et de création, c'est cela qui m'intéresse quand je travaille avec mes élèves.
    Rien n'est plus frustrant pour une personne que de voir la perfection et de penser ne jamais pouvoir progresser. Vous donnez une ouverture, une perspective au public par votre jeu mais aussi par les histoires qu'ils peuvent continuer dans la tête.
    Mme Defrance, professeur d'histoire-géographie du collège Ariane

  2. Et pour Vernon, quelle joie d'approcher, de toucher ce que fait une conteuse au travail et comment les mots du livre deviennent les mots du conte. Expérience très enrichissante auprès de Nathalie, qui avec humilité et simplicité, sait nous emmener avec elle au plus près du conte. C'était vraiment chouette !

  3. Merci pour nous avoir expliquer votre métier et de nous avoir lit "pied d'or" ce conte était vraiment génial.
    Merci!!!

  4. Un grand merci de la part de la classe des 6e3 du collège Ariane.
    Vous nous avez permis de créer dans la tête le personnage du cruel forgeron,de la terrifiante reine des serpents,de la petite princesse au collier sanguinolent Nous revoyons la démarche gracieuse du loup au yeux jaunes.Quel courage Pied d'or a-t-il eu pour déguster un pareil repas! Merci de nous avoir emprunté nos oreilles!
    Les vibrations du bol chantant sont encore en nous!

  5. Vendredi 15 janvier écouter Nathalie Bondoux a été une source d’amusement, d’émerveillement pour nos oreilles attentives qui nous a fait découvrir un conte inconnu,sanguinolent où il était question d’un forgeron, d’un diable capable d’enlever sa peau et de se transformer en loutre!!
    Nous sommes horrifiés à l’idée de se baigner dans le Gers, sous le pont de pile en compagnie de sa fille… Qui est-elle ??
    Bravo à Nathalie Bondoux de nous avoir fait entrer dans l’histoire grâce à ses mimes. Nous avons encore dans l’oreille les vibrations de son bol chantant tibétain.
    classe de 6e2 du collège Ariane de Vernon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *