Une odyssée de Pénélope à Ulysse en Bourgogne

Juste après la Corse, c’est en Bourgogne, près du Mont Beuvray, que Pénélope et Ulysse se sont retrouvés, très exactement à la Maison du Beuvray.

Après avoir côtoyer pendant 6 ans  Pénélope, Ulysse, ses compagnons, les dieux de l’Olympe, Télémaque et les îles de la méditerranée en compagnie d’Olivia Machon et d’Emmanuelle Trazic, j’ai eu besoin de me poser et de digérer cette belle odyssée, menée toutes voiles dehors. Il y a un an, j’ai enfin décide reprendre la mer, seule.

Pendant le voyage, qui a duré 1 heure ce soir-là, Olivia et Emmanuelle n’étaient pas loin, surtout lorsque  je me suis aventurée sur l’île du Cyclope ou que Poséidon s”est amusé à détourner le navire d’Ulysse de son chemin.

A chaque fois que je plonge dans cette “Odyssée de Pénélope à Ulysse”, je me laisse porter par les épisodes qui viennent à moi, en fonction du lieu, du public et de ce que je porte ce soir-là.

Les quelques jours passés en Corse en compagnie d’Olivia, d’Ulysse, de Polytès mais aussi de la méditerranée, du vent, du ciel, du soleil et des montagnes étaient bien présents et ce fut un vrai plaisir.

Merci à Fanfie pour les photos, Nathalie Bondoux.

Ulysse au gré des vents en Corse !

Ne voulant pas tenter Poséidon et c’est par la voie des airs que nous avons rejoint l’île de beauté pour y conter le voyage d’Ulysse et de ses compagnons. Ce samedi 26 février, tout est calme dans la médiathèque l’Animu. La salle s’est remplie au fur et à mesure si bien que le bateau était plein lorsque nous avons largué les amarres, avec à notre bord, une journaliste de Portivechju :

” Les jeux scéniques de la comédienne Olivia Machon et de la conteuse Nathalie Bondoux, ont entraîné tour à tour le public sur le bateau d’Ulysse et sur les îles, les faisant même mimer ensemble les gestes pour ramer vigoureusement pendant la tempête et aussi tirer au sort le nom de la prochaine escale.

Olivia et Nathalie, passionnées de mythologie ont imaginé entièrement cette interprétation il y a quelques années et y mêlent aussi des parties improvisées, selon le public présent. Elles ont même poussé le détail jusqu’à chanter en langue grecque. Le jeu de la conteuse habitée par le personnage d’Ulysse, ses intonations, ses attitudes corporelles, étaient en totale symbiose avec la comédienne qui interprétait le marin Polytès, celle-ci apportant un peu d’humour et de légèreté.”

Il est vrai que Poséidon était en forme et que le voyage a été quelque peu bousculé… Tout a commencé tranquillement, par les Sirènes, puis Lotophages, jusqu’ici tout allait bien, pas de perte à déplorer. Mais quand nous avons débarqué chez les Lestrygons ça a commencé à se corser… De Charybde en Scylla en passant par le Cyclope, nous avons fini aux enfers, sauf Ulysse bien sûr qui s’en sort toujours !!

Habiter chez soi, habiter le monde – Auxerre

En ce mercredi soir du 15 décembre 2021, à la maison de quartier La Ruche, dans le quartier Sainte Geneviève de la ville d’Auxerre, le projet qui avait courut tout au long de cette année de confinements en déconfinements, prenait fin !!
En cette période incertaine, la soirée a pu être maintenue en présentielle et une vingtaine de personnes étaient présentes.

 Benoît et Charlotte ont présenté la soirée où quelques habitantes ont  participé en chantant ou en racontant leur arrivée dans le quartier. Pour ma part, j’ai conté des histoires que deux mamans m’avaient transmises et qui malheureusement ne pouvaient pas être là, Covid oblige…  L’ambiance de Noël m’a inspiré la dernière histoire “Le loup garou de Noël”, en plus du conte randonnée “La mouche”.

Ce fut un final très doux et surtout très humain même si malheureusement beaucoup n’ont pas pu être présent.es.

La semaine précédente, le virus étant moins virulent, les soirées contes parents-enfants dans les deux écoles maternelles du quartier avaient pu être maintenues également. Ce sont toujours des moments très forts où les parents peuvent entrer dans l’école, avec leurs enfants en pyjama et s’installer avec les enseignant.es pour écouter ensemble des contes.
Rire, frissonner, rêver, participer ensemble, dans ce lieu particulier qu’est l’école, c’est un moment de partage précieux, surtout par les temps qui court.

Merci à Benoît Foissy d’avoir maintenu la barre tout au long de ce projet, aux équipes enseignantes des écoles Renoir et Courbet pour leur enthousiasme et leurs sourires, aux enfants pour leur joie de vivre et leur appétit des histoires, aux parents d’élèves qui m’ont confiés leurs chansons et leurs récits, ainsi qu’aux adhérents de La Ruche et à son équipe.  Merci à Laïla pour les photos de la soirée et une spéciale dédicace à Clotilde, elle sait pourquoi.
Nathalie Bondoux

Partir en livre – Serpent Rêve à Poissy

13 h 30, Samedi 24 juillet 2021, me voilà prête pour faire rêver les petits et grands  Pisciacais et Pisciacaises !! Avec l’équipe, début juillet, nous avions choisi le lieu des partages de rêves et du spectacle : un très beaux groupe d’ifs, idéal en cas de fortes chaleurs et de petites pluie.

Le ciel est menaçant depuis 2 jours mais les orages annoncés n’ont pas éclaté. L’équipe y croit et fait le choix, pour cette journée exceptionnelle de “Partir en livre”, d’aller au bout de leur rêve s’installant dehors, près de la belle Maison de Fer.  L’équipe est sur le pont depuis le matin, tout est là : ludothèque et bibliothèque mobile sans oublier le stand créatif.

15 h 30, me voilà installée avec les bulles de rêves et Ed sous les ifs. Les partages de rêves sont  de très beaux moments, surtout en cette période de Covid où nous n’osons plus être proche les uns des autres et où nous en avons tant besoin

16 h 40, je range les bulles de rêves et vais me préparer pour le spectacle. Quelques gouttes tombent mais rien de grave, surtout sous les arbres.
10 minutes plus tard, il tombe des trombes d’eau et le tonnerre gronde !! Heureusement que Cécile et Guillaume ont pu sauver Ed de la douche assurée…

Branle-le bas de combat : tout le monde aux abris et méninges en mode ébullition pour trouver une solution pour le spectacle : le sol est trempé, l’air frais et humide. Que faire ? J’avoue avoir eu quelques instants de profond dépit. Je n’aurais pas dû !! C’est que je n’avais pas encore vu l’équipe de la médiathèque en action : en un tour de main la solution était trouvé et la nouvelle scène installée sur le balcon de la Maison de Fer !!

 

17 h 30, la séance peut commencer. Le public avait attendu à l’abri, confiant et heureux d’être là.

J’ai eu un grand plaisir à conter sur cette scène improvisée, entourée par l’équipe chaleureuse, souriante et enthousiaste de la ville de Poissy.
Un grand grand merci à toutes et tous !! Que l’été vous apporte de beaux rêves à réaliser.

Et merci à Claire Filippi pour les photos.               Nathalie

Serpent Rêve à Saint Pryvé Saint Mesmin

Ce mercredi 17 février 2021, je pars pour le Loiret, direction : Saint Pryvé Saint Mesmin. La séance était initialement prévue pour le public familial de la médiathèque le samedi 13 février, mais… Le virus étant toujours présent, la bibliothécaire a proposé de ne pas annuler la séance et de l’offrir aux enfants du centre de loisirs.
Et Quel bonheur de se retrouver dans une salle de spectacle !!

Le public est restreint : une vingtaines d’enfants, mais l’accueil chaleureux que j’ai reçu et l’écoute attentive des enfants ainsi que leur rire qui fuse, vaut toutes les salles remplies !!

Merci à tous !!

Tournage à Saulx-les-Chartreux – Reportage en images !

Confinement oblige, impossible de conter “Serpent Rêve” à la bibliothèque de Saulx-les-Chartreux en décembre . Heureusement Laetitia Rojas, la bibliothécaire a plus d’un tour dans son sac. Ainsi, elle m’a proposé de filmer le spectacle, déjà pensé en trois épisodes pour la version téléphonique. Nous avons donc trouvé une date commune avec Jean-Louis Bobot, le vidéaste, Laetitia Rojas et moi :  le samedi 14 novembre.
Le plus difficile a été de trouver la salle pour filmer. Grâce à Animakt, nous avons évité la salle des mariages de la mairie de Saulx-les-Chartreux, peu adapté à ce genre d’intervention et nous avons donc pu nous installer dès 8h à La Barakt.

 

Tandis que je m’échauffe dans la salle du haut, Jean-Louis et Laetitia préparent la salle.

 

 

 

 

 

 

Petit à petit tout se met en place.

 

 

 

Voilà l’espace prêt à accueillir Luna et Serpent Rêve, mais suis-je prête ?

A 11 h le tournage peu commencer même si, après filmé le premier épisode, Jean-Louis doit encore faire les derniers réglages sons et lumières, assisté de Laetitia.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps je prends mes marques et essaie de faire descendre la tension… Conter devant la caméra, sans public, ce n’est pas un exercice facile…

A 16h le tournage prend fin. Toutes les images sont dans les caméras de Jean-Louis. Le montage en trois épisodes de “Serpent Rêve” prendra quelques temps. Rendez-vous en décembre pour la suite.

Merci à Laetitia pour cette nouvelle aventure et pour les photos prisent pendant le tournage !!

Contes au grand air

Cet été, c’est au grand air, au pied des immeubles ou sous les arbres, que conteuses et musiciennes ont “Cont’Animé” les oreilles de spectateurs et spectatrices de tous les âges.
Ce fut un grand bonheur de retrouver un public prêt à écouter les contes et heureux de se retrouver au grand air et en direct ! Un grand merci à toutes les structures et mairies qui ont organisé ces événements malgré les difficultés.

Sophie DAVID et Nathalie BONDOUX à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Sophie DAVID et Annie MONTREUIL à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Julie DUTOIT et Annie MONTREUIL à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Julie DUTOIT et Nathalie BONDOUX à Garges les Gonesse : “Contes au grand air”

Nathalie BONDOUX à Meung-sur-Loire : “Fées !…?”

Nathalie BONDOUX au Domaine de Chamarande : Balade contée “Dans le murmure des arbres”

Nathalie BONDOUX à St Gratien : “Contes au grand air”

Serpent Rêve à la Maison du Conte

Mercredi 15 juillet 2020

Quand je travaille seule j’ai parfois l’impression de buter encore et toujours sur les mêmes obstacles, tel un bourdon contre une fenêtre… Mais cette fois-ci j’ai senti qu’un travail en solitaire était nécessaire pour triturer, malaxer, retourner et interroger, « Serpent Rêve », après 5 sessions de Labo à la Maison du Conte et 2 mois de confinement.

En ce mercredi 15 juillet, retour à la Maison du Conte pour une journée de travail avec les de bulles de rêves et mon partenaire de jeu, l’Edredon rouge. A peine installée, dans la yourte, j’ai senti que le Labo était là : dans l’air flottait le bruissement de nos paroles, le dynamisme contagieux de Rachid, le regard affûté et accueillant d’Annabelle ainsi que la douce exigence de Marien.

Je n’étais donc pas seule…

La fenêtre contre laquelle je butais s’est ouverte en grand et grâce à la présence-absence de tout le monde, j’ai osé m’engouffrer dans ce nouvel espace de travail.

Toute la matinée, entre musique et mouvements, je me suis amusée dans l’espace tout en rondeur de la yourte. Dans cette aire de jeu, j’ai laissé venir à moi les images que dessinaient les bulles de rêves et l’Edredon.

               

Quel bonheur de replonger dans l’univers onirique de Serpent Rêve après ces semaines où j’ai eu l’impression que mon imaginaire était lui aussi confiné.

Respirer. Explorer, grogner, rire, danser puis, s’allonger. Respirer encore. Ecouter ce qui vient compléter ce qui était déjà là afin de l’enrichir.

Après une pause déjeuner bienvenue sous l’ombre des bouleaux, une sieste dans la chaleur de la yourte. Se sentir comme dans un ventre. Fermer, les yeux, dormir peut-être. Non, le travail continu. Allongée, les mots viennent. J’écris frénétiquement ou parfois au compte-goutte. Entre les moments d’écriture, le corps se détend, les yeux se ferment et de nouveau les images ou les mots affluent.

En début d’après-midi la chaleur de la yourte est intenable, je m’installe dans la salle Momo. Une autre énergie de travail s’impose à moi : au Labo, c’est le lieu des essais face aux autres, alors je m’y mets aussi et je file le Serpent Rêve du jour.

J’aime sentir cette fluidité des contes, comme des êtres vivants et rêvants, comme moi.

A la fin de la journée, lorsque je range, je sais que le travail engagé par le Labo depuis le mois de janvier m’a fait bouger.

Serpent Rêve à la Nuit du conte de Cormeilles

Samedi 18 janvier, Serpent Rêve et  ses amis étaient attendus à Cormeilles-en-Parisis pour la Nuit de la lecture. Nous y avons été accueillis à bras ouverts par toute l’équipe. J’ai même eu droit à une loge à mon nom, avec, à l’intérieur un fauteuil pour éclairer les songes !!!!

 

 

 

 

 

 

Dans cette loge cocon j’ai pu me préparer pour installer le “salon à rêves” pour les lecteurs et lectrices de la bibliothèque :

Après ce temps de partage, riches en rêves et en cauchemars, tout le monde s’est installé pour écouter “Serpent Rêve et autres contes”.
S’il y a bien une ville où les habitants rêvent encore, c’est à Cormeilles !!!

Merci encore à toute l’équipe de la médiathèque de l’Eclipse pour son accueil et son enthousiasme.

Ulysse au gré des vents – La malédiction de Poséidon

Ce vendredi 17 janvier au matin, nous avons jeté l’ancre au Château de Morsang-sur-Orge. La traversée de l’après-midi s’annonçait agitée : Poséidon était de mauvaise humeur et dès le matin l’équipage a un peu souffert. Mais, grâce à l’intervention d’Athéna, tout s’est achevé en temps et en heure pour accueillir les vents et le reste de l’équipage.
Une fois tout le monde installé sur le navire, nous avons pu larguer les amarres.

Le voyage a bien commencé, et les rivages de Troie se sont éloignés doucement. Mais quand Apéliote, le premier vent a soufflé, il nous a tout de suite emmené chez les Cyclopes ! C’était bien la première fois que le voyage commençait ainsi….  Ensuite tout a été très vite : la malédiction de Poséidon nous a envoyé de Charybde en Scylla, puis chez les Lestrygons. Nos pertes étaient lourdes, très lourdes. Nous avons bien failli nous arrêter là, en pleine mer… Ainsi lorsque Euros nous a poussé sur les rives des Enfers, nous n’avons pas hésité longtemps avant de consulter Tirésias, le devin. Son message n’était pas très clair et en reprenant la mer nous ne savions pas qui de Poséidon ou d’Athéna allait nous accueillir. Ce furent les Sirènes puis la douce île des Lotophages
L’arrivée à Ithaque a pu se faire en douceur, nous l’avions bien mérité !

Merci à toute l’équipe du Château et au collège Jean Zay.