Ça y est ! “Gens sans peurs” prend vie !

Nathalie

Jeudi 29 juin, j’ai conté “Gens sans peurs” dans sa version définitive devant des classes de CE2 et de CM1 du quartier du Bel-Air de St Germain-en-Laye.

Photo de Sarah GALVAN

Les quatre classes ne connaissaient pas le projet. Les élèves ne savaient pas à quoi s’attendre, ce qui, à ce stade de la création, était nécessaire afin de me rendre compte de la fluidité et de la cohérence du spectacle.

J’ai pris beaucoup de plaisir à leur faire découvrir la version corso-basque de “Barbe Bleue” qui se déroule en Bretagne. Après ce moment de tension, le “Tout petit os” offre une respiration nécessaire avant de replonger dans l’univers de “Jean-Sans-Peur” avec la découverte des masques chimères.

Photo de Sarah GALVAN

À la fin de la séance, nous avons pu échanger sur le contenu des contes.
Beaucoup de “pourquoi ?” auxquels les contes ne donnent pas de réponse, mais qu’il est intéressant de chercher à plusieurs, car c’est à chacun de trouver la réponse qui lui correspond le plus à ce moment-là.

Ça y est, “Gens sans peurs” est en vie, il peut maintenant quitter St Germain-en-Laye afin de rencontrer d’autres publics !

Coline

Pour cette séance devant des classes qui n’ont pas suivi le projet, Nathalie a encore une fois modifié quelques passages de “Jean-Sans-Peur”, notamment les trois nuits que passe Jean dans le château.


Un mois s’est écoulé depuis ses premières représentations officielles devant des classes, et je n’ai assisté à aucune de ses répétitions depuis.

J’ai été assez surprise par les changements opérés. Mais surprise dans le bon sens du terme : j’ai senti que Nathalie avait franchi un cap.
Elle s’est enfin complètement approprié le conte. Elle a osé des choses. Durant le spectacle, je n’ai pas ressenti les hésitations du début. J’ai perçu qu’elle prenait beaucoup de plaisir à être sur scène (malgré le trac – nécessaire – avant chaque séance) et que le public prenait également plaisir à la suivre.

Je me suis moi aussi laissée emporter par ses histoires, même si je les connais bien, maintenant. Nathalie a su donner une véritable atmosphère à ses contes et a gagné de l’assurance.
Allez, n’ayons pas peur des grands mots : j’ai trouvé ça SUPER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *