Vendredi 6 avril : rencontre avec la 6ème 3.

Nathalie

C’est la dernière séance avec une classe. 
Je suis tendue et fatiguée par cette semaine très intense, mais j’ai choisi de leur présenter à eux aussi “Jean-Sans-Peur” en entier ; sauf la toute fin, bien entendu.

Il faut que je continue d’essayer le conte, un peu comme un vêtement : sera-t-il trop court ? Trop long ? Trop sage ? Quel est son souffle ? Sa couleur ? …

Croquis de la 6ème 3 par Coline.

                                 

Les élèves sont à l’écoute. Le début est trop rapide, trop court.
Puis vient la scène avec les pendus : ils se souviennent, s’amusent, anticipent parfois sur les dialogues.
Viennent les trois nuits dans le château : ils découvrent l’enchevêtrement des démons avec mon propre corps qui est aussi celui de Jean. Qui est qui ?
La partie de cache-cache amuse, même si le diable les approche peut-être d’un peu trop près…
Enfin, nous essayons ensemble la dernière nuit… Je ne peux travailler cette séquence interactive qu’avec un public. Ils sont bons joueurs et me permettent d’aller un peu plus loin dans ma réflexion sur cette scène.
Après la séance, je ne peux que constater qu’il me manque l’axe du conte, sa colonne vertébrale,  ce qui le fera tenir debout : le caractère de Jean et ce qui l’anime. J’ai l’habit mais je n’ai pas le squelette…
Je tourne autour, je cherche, j’essaie, j’abandonne pour revenir encore au même endroit mais par un autre chemin. Je finirai bien par trouver Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *