Mercredi 18 mars : troisième traversée

La traversée a commencé tranquillement, comme une promenade du dimanche en famille : dès le début, Eole, le dieu des vents, a soufflé sur les voiles du navire. Les côtes d’Ithaque étaient sous nos yeux mais…
Coup de vent chez Eole                                    Photo : S. Perra
notre curiosité a été plus forte et en ouvrant le sac que le dieu des vents avait confié à Ulysse, nous avons été propulsé loin, très loin de notre île et tout près de l’île de Circé. Au début, ça ne c’est pas très bien passé mais Ulysse a réussi à tout remettre en ordre, du coup nous sommes même restés un an sur l’île de la belle magicienne mais au bout d’un an, nous on avait qu’une seule idée en tête : repartir pour Ithaque, retourner chez nous ! Ulysse a eu un peu de mal mais il a tout de même quitté les bras de la déesse aux belles boucles. 

Heureusement que Circé nous avait parlé des Sirènes, de leurs voix mélodieuses et mortelles : avec les bouchons de cire dans les oreilles, nous avons pu continuer notre route sans perdre la tête.

Sur l’île suivante, nous avons bien failli y rester ; la fleur de l’oubli nous tendait ses pétales mais Ulysse a résisté et nous avons quitté les Lotophages. Si nous avions su… C’est à partir de là que ça c’est gâté. Certes, nous n’étions pas rentré chez nous mais au moins nous n’avions perdu aucun compagnons. Quand nous nous sommes approchés de Charybde et de Scylla, nous n’avons rien pu faire et six des nôtres ont été emportés par la terrible Aboyeuse. Mais ce n’était rien en comparaison des Lestrygons et du Cyclope qui nous attendaient…
                                                                                                          Nathalie

Le parcours du jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *