Journée Odyssée – 5 ans – 27 mai 2016

Collectif C Personne – Collectif du quotidien au culturel – Créer du lien dans la cité

Très belle Journée de rencontres très enrichissante à Comme Vous Emoi à Montreuil en ce vendredi 27 mai 2016.
Le collectif C Personne initié par Nathalie Bondoux (conteuse), Emmanuelle Trazic (marionnettiste) et Olivia Machon (comédienne), augmenté depuis 2 ans de Benoît Prisset (musicien), Jean-Paul Honoré (auteur), François Bientz (créateur lumière) Olivier Lerat (musicien), plus récemment de Benoît Richter, s’est encore étoffé hier avec la rencontre de Karine Grenier (Somato-psycho-praticienne-danseuse), Alaric Chagnard (créateur de masques) et Zissis the Beast (musiciens)… 

L’expo tissée de nos voyages

en terres odysséennes


Après les représentations de Télémaque, fils d’Ulysse et d’Ulysse au gré des vents proposées à deux classes de Montreuil et aux professionnels en matinée et en début d’après-midi, la journée s’est prolongée par un apérOdyssée au cours duquel nous avons commencé par accueillir avec beaucoup d’émotion la douceur et la grâce des Pénélope dansant dans leurs toiles

Les Pénélope dansantes

Les toiles de leur fabrication, y inscrivant leur univers propre furent bercées par la musique et alternativement par le conte assuré de Nathalie. 

Puis nous avons découvert avec curiosité les personnages masqués, singuliers et truculents d’Alaric Chagnard, du marin compagnon d’Ulysse à Achille, le général, sans oublier Ulysse en personne, vous savez, le héros, l’inventif, le rusé, celui dont on vous parle depuis 5 ans et qui arrive enfin. 
Ulysse, c’est lui !
Plus tard nous avons été réveillés, amusés et entraînés par le concert déjanté au beau milieu des enfers du groupe slam-punk Zissis the beast mené de main de cuir par une Cassandre lézardée, alias Yas. Du poulpe à Fuck before you die, nous avons retrouvé les thèmes principaux de l’Odyssée d’un point de vue cru, grotesque et poétique.
Nous avons retrouvé avec gourmandise et délectation l’écriture de Jean-Paul Honoré qui est chère à notre coeur par la lecture et l’interprétation de textes qu’il nous avaient livrés au cours de notre recherche commune autour de l’Odyssée de ceux qu’on ne trouve dans aucun de nos spectacles et qui brillent par leur humour bien placé et leurs petits anachronismes charmants : le CV d’Ulysse, la visite d’Eole, la visite aux Enfers et puis les Lestrygons

Les ombres du Palais d’Eole caressées par lampe agile d’Emmanuelle nous ont transportées au dessus des eaux, les miroirs la salle de danse renforçant le flottement du Pop-up.
 
Grâce à l’aide de mes camarades, j’ai pu réaliser mon premier Entre-Sort, celui de Circé (un vieux rêve de gamine qui date de Peter et Eliott le dragon, c’est vous dire!), et l’éprouver avec des spectateurs qui ont accepté d’explorer l’univers alambiqué de Circé la sorcière, magicienne, amante d’Ulysse, celle qui transforme les hommes en cochons. Les touches perspicaces  d’Emmanuelle (silhouette) et d’Alaric (masque) ont ajouté au frisson. 

Les cochons
De la belle Circé

Quand quelques enfants de la cité d’en face ont commencé à le visiter, ils en ont parlé. Si bien qu’ils ont ramené des copains, des frères, des soeurs… d’autres et d’autres encore.

Fort heureusement, afin de guider ces enfants bien jeunes pour rendre visite à la magicienne, une charmante bénévole de CVE et Emmanuelle constituaient des groupes et situaient Circé dans l’épopée offrant ainsi un bain de mythologie aux voisins curieux qui descendaient pour voir ce qui faisait si peur.… Ce fut bientôt une queue de 15 personnes qui attendait devant l’Entre-Sort, tremblant d’entrer.  On lisait la peur et l’envie,  dans leurs yeux, dans leurs corps en mouvement constant, n’est-ce pas finalement  la source du désir ? 

Ca se bouscule chez Circé
Un personnage de marin au gros pif les attendait à la sortie pour leur demander leur sentiment. Circé a fini par sortir beaucoup plus tard, la foule repartie, elle était masquée et sa chevelure recouverte de cette fourrure rouille qu’on apercevait dans le miroir.
Je n’ai pas encore évoqué l’exposition si jolie, et vaste avec ses fils rouges qui relient action culturelles aux spectacles, les rencontres entre elles, les lieux entre eux. Créer du lien voilà l’effet ce que ça fait cette Odyssée, ça créé du lien !
Tout ça naurait pu se faire sans le concours précieux de Fanny, de Claire, des bénévoles de CVE, de Benoît Prisset, de Jean-Laurent Cayzac, d’Elodie Loureiro, d’Henri-Paul Korchia, dUlysse, de tous les participants de Vous ! Merci et à bientôt.                    Olivia  

Dernières traversées à Charenton

Vendredi 15 avril, ce sont les 2 dernières traversées au Théâtre de Charenton !
Nous sommes un peu triste mais la fatigue est présente sur le pont, un peu de repos ne nous fera pas de mal ainsi qu’à nos marins du jour qui arrivent dès l’heure d’embarquement. Ce matin, Emmanuelle Trazic, la marionnettiste-scénographe du projet Odyssée nous accompagnera aussi dans cette traversée.

La treizième : sans le cyclope

La dernière traversée : sans les sirènes !
Résumé de la treizième traversée :
Les sirènes reviennent nous chanter leur douce chanson, suivi de Charybde et Scylla. Une pause chez les mangeurs de lotos et hop, chez les Lestrygons ! Circé nous accueille ensuite, suivi d’Eole.
Nous échappons à l’appétit insatiable du Cyclope mais pas à notre destin : seul Ulysse rentrera à Ithaque.
Résumé de la dernière traversée :
Les Lestrygons attaquent dès le début, suivis par le Cyclope. La perte de nos compagnons entame notre moral dès le début de notre voyage vers Ithaque. 
Heureusement la suite nous permet de nous reposer un peu entre Circé, Les lotophages et Eole
La fin est moins drôle : Charybde et Scylla nous attendaient au tournant !
Voilà, à Charenton, c’est fini, mais Ulysse et ses compagnons reprennent la route dès le 27 mai à l’Espace Comme Vous Emoi, 5 rue de la République, à Montreuil. Et cette fois-ci Télémaque aussi sera présent. 
Pénélope fera une brève apparition et ne ratez surtout pas l’entre sort de la belle Circé !!!!
Rendez-vous pour toute une journée autour de l’Odyssée.
Nathalie

Sans les Sirènes !

Jeudi 14 avril. Temps ensoleillé virant sur la pluie en fin de journée.

Ce matin, Célia, notre vigie lumières est arrivée la voix rauque : “- Aujourd’hui pas sûr que je vous suive les Sirènes…”. C’est qu’en plus de nous suivre aux commandes lumières dans notre périple aléatoire, Célia donne la réplique chantée à Olivia-Politès lorsque le rocher des Sirènes est annoncé.
Espérons que nous ne perdrons pas la voix à notre tour !
Onzième traversée
Une fois le navire installé, les corps et les voix échauffés, nous entendons nos marins du matin arriver. Le tirage au sort commence et les six vents sont désignés par le hasard, nous allons pouvoir commencer la traversée vers Ithaque.
Charybde et Scylla viennent dès le début nous accueillir, suivi des Lestrygons. Une pause sur l’île des Lotophages, l’île de l’oubli et nous arrivons sur le rocher des Sirènes. Le Cyclope nous attend plus loin et nous finissons dans les bras d’Eole.
Enfin, ce n’est pas tout à fait fini puisque nous reprenons l’après-midi avec de nouveaux matelots et six autres vents. Chaque voyage est source de surprises
Douzième traversée
Nous accueillons en plus 4 matelots bretons et notre maître du geste et de l’envol, Eric Nesci.
La navire est au complet et prêt à partir. Apéliote souffle sur notre voile et nous emmène directement chez les Lestrygons. Borée prend le relais en nous déposant chez Eole. Calcias Chez Circée, Euros sur l’île des Lotophages et Notos au pied de la falaise du Cyclope. Quand à Zéphyr c’est droit vers Charybde et Scylla qu’il nous a fait échouer.
Pour une fois les Sirènes n’aurons pas été du voyage ! 
Nathalie

Quand Zeus se fait entendre

Mercredi 13 avril. 
Zeus, le maître de la foudre et des éclairs s’est fait entendre cette nuit. Les membres de l’équipage du théâtre de Charenton se sont réveillés les mines chiffonnées par une nuit trop courte et agitée.
Pour cette traversée, nous accueillons à notre bord le navigateur Alain Prioul qui vient de temps en temps remplir les cales de notre navire afin de le lester et le rendre plus stable. 
Nous prenons le temps de nous préparer pour le voyage et Bruno, le maître de bord, accueille les marins du jour. Apéliote, Borée, Calcias, Euros, Notos et Zéphyr, nos six vents, sont désignés par le hasard et quand tout le monde a pris place, nous larguons les amarres.
Entendè Protéro Pléomènacajméniator 
As mé ni Ektanatoï 
Filous osléantèsytaïrouss

La dixième traversée

Le premier souffle de vent nous dépose sur la plus douce des îles, douce mais dangereuse par ses arbres et ses fruits : l’île de l’oubli
A peine sommes nous partis que nous voilà face à Charybde et Scylla. Impossible de leur échapper, nous perdons six de nos compagnons. 
Sur l’île suivante, les Lestrygons en dévorerons deux autres. Heureusement nous échappons aux sirènes grâce aux bouchons de cire dans nos oreilles, par contre le Cyclope de nous rate pas
Pour finir, nous aurions pu arriver à Ithaque grâce à Eole mais l’histoire nous a rattrapée…

Nathalie

Les sirènes étaient ailleurs…

Mardi 12 avril. Temps froid et humide.

La traversée n°8
Les matelots sont arrivés de loin ce matin, prêts à traverser la mer avec Ulysse pour atteindre Ithaque. Une fois les vents tirés au hasard, tout le monde a pris place sur le navire et nous avons pu larguer les amarres. 
Les sirènes allaient-elles nous accueillir ? 
Non, cette fois-ci, la traversée a démarré sur les chapeaux de vent et c’est Eole qui nous a souhaité la bienvenue. Nous aurions pu arriver à Ithaque du premier coup si la curiosité des compagnons n’avait pas été plus forte si bien que notre île nous est passée sous le nez… 
Du coup nous avons dû prendre les rames et continuer notre voyage.
Résumé de la traversée n° 8 : Eole, l’île de l’oubli, Circé, les Sirènes, Charybde et Scylla et le Cyclope.
La traversée n°9
Pour nous remettre de nos émotions du matin, et reprendre des forces, nous avons pris un bon repas (du poisson bien sûr !) sans oublier la sieste (bien méritée) dans la cabine avant du navire. 
Le deuxième équipage est arrivé à l’heure et nous avons largué les amarres comme prévu
Apéliote, le vent du sud nous a menés droit sur l’île des Lestrygons, ces mangeurs de chair humaine et c’est de justesse que nous en avons réchappé. Avec les Sirènes au moins, on ne se faisait pas dévorer dès le début…
La suite de la traversée a été moins mortelle, sauf à la fin, lorsque Zéphyr nous a jetés de Charybde en Scylla… D’ailleurs nous n’avons pas pu en réchapper.
Résumé de la traversé n° 9 : Les lestrygons, Circé, l’île de l’oubli, Eole, les Sirènes, Charybde et Scylla.   
Nathalie

Les sirènes ont encore frappé !

Lundi 11 avril. Temps gris et pluvieux. Pas facile de prendre la mer par un temps pareil ; pas sûr que nos traversées soient paisibles… Nous nous préparons donc à toutes les éventualités, avec une question en tête : serons-nous accueillies par les Sirènes dès le début de nos voyages du jour ?
Photo : Stéphane Perra
Eh bien oui !!! Je dois avouer que je n’en croyais pas mes yeux, mais par deux fois le rocher ensanglanté des Sirènes a été pioché au hasard dès le début. Une chance sur sept de le tirer pourtant… 
Cela nous amène à 6 traversées sur 7 placées sous le signe des Sirènes. Je me demande bien ce que cela signifie…
Aujourd’hui les deux épisodes les plus célèbres sont restés au port : Circé le matin et le Cyclope l’après-midi. Cela laisse nos marins un peu sur leur faim mais après tout cela leur donnera peut-être l’envie de raconter ces épisodes à leur tour ?
Demain est un autre jour, les Sirènes seront-elles au rendez-vous ?
La traversée n°6
Résumé de la traversée n°6
Les sirènes, Le cyclope, Charybde et Scylla, Eole, Les lestrygons et l’île de l’oubli.

La traversée n°7

Résumé de la traversée n°7 :

Les sirènes, Les lestrygons, Charybde et Scylla, L’île de l’oubli, Circé, Eole.
Nathalie

L’île des sirènes

Cela fait trois jours que nous sommes amarrés au Studio-théâtre de Charenton et nous venons de vivre notre 4ème traversée. Celle-ci a été particulièrement forte avec, notamment, la reprise des chants grecs par les deux classes de CM2. Lors du chant funèbre qui guide l’âme des compagnons d’Ulysse à la demeure d’Hadès, nous avons été portés par leur chant et leur présence. 
Il y a plus encore,  laissez moi vous raconter un fait curieux, étrange et pénétrant qui nous intrigue… Lors de ces quatre premières traversées, la main innocente de nos vents nous a poussé dès le début du voyage, face au Rocher des Sirènes, couvert de sang, leur chant mélodieux puis insupportable faisant écho. Sommes-nous ici au royaume des sirènes ? L’accueil charmant de Celia et Maud aurait dû nous mettre la puce a l’oreille…
 
Traversée n°4

Après cette traversée, un jeune homme a laissé échapper un “T’imagines si jamais tu pecho une sirène…?” Méfiance marin de 12 ans et demi… Et si c’était la sirène qui te Pécho….? Entends plutôt son chant mélodieux… Viens, marin, tends l’oreille, je m’en vais te dire un secret….

Olivia

Résumé de la traversée n° 4 : Les sirènes, Les lestrygons, L’île de l’oubli, Circé, Charybde et Scylla et Eole
Résumé de la traversée n° 5 : L’île de l’oubli, Les lestrygons, Les sirènes, le Cyclope, Eole et Charybde et Scylla.
Traversée n°5

Retour à Sucy pour Ulysse

Mercredi 23 mars au matin, nous avions rendez-vous avec notre Ithaque : Sucy-en-Brie où nous avions fait nos toutes premières traversées fin 2013 début 2014 pour le “Parcours d’Ulysse”. Olivia et moi avons retrouvé le centre culturel avec son chef lumière, Francis, prêt à nous suivre dans notre traversée aléatoire, vu que Poséidon avait envoyé une mauvaise grippe à François qui avait dû rester à terre. 
Nous avons retrouvé nos marques mais en 2 ans nous avions grandi si bien que la plateau qui nous paraissait si vaste et si haut nous est presque apparu petit ! Presque, car il était parfait pour lancer Ulysse et ses compagnons au gré des vents !
Le parcours du jour

L’aventure a commencé en milieu d’après-midi, après le tirage au sort des six vents. Et c’est de nouveau Eole qui nous a accueilli dès le début de la traversée. Par contre lorsque que Charybde et Scylla sont apparus, nous avons compris que ce ne serait pas si simple. D’autant que nous avons continué sur l’île du cyclope Polyphème à compter les morts. Heureusement les vents suivants ont été cléments et ils nous ont poussé sur l’île des Lotophages puis chez Circé, la magicienne. Certes, certains compagnons ont bien failli oublier Ithaque et se retrouver transformé en cochon pour le reste de leur vie, mais Athéna veillait sur nous et tout c’est bien fini. Enfin, presque… Quand nous avons repris la mer nous sommes arrivés chez les Lestrygons et leur accueil a été plus que terrifiant. Du coup il n’y en a qu’un seul qui en a réchappé : Ulysse ! Comme d’habitude…

Nathalie

Ulysse à Pantin, la suite !

Cette fois-ci c’est dans le quartier des Courtillières que nous avons amarré notre navire. Les habitants de l’île Romain Rolland nous ont accueilli avec chaleur ; des chants et de la musique ont rythmé notre installation.
Après avoir décidé du lieu de notre campement, nous avons pris le temps de repérer l’espace et de manger un peu en prévision du voyage du soir.

Lorsque l’équipage est arrivé, nous avons procédé au tirage au sort. Malgré une première défection, six vents ont accepté de relever le défis afin de pousser le navire d’une île à l’autre. 
Apéliote, Borée et Calcias, nos trois premiers vents, nous ont entraîné sur des îles bien tranquilles et accueillantes : allant de la générosité d’Eole à la félicité des Lotophages pour finir dans les bras de la belle Circé. Aucune perte à déclarer, tout allait pour le mieux même si nous avions raté les rivages d’Ithaque dès le début. Le moral était intact et les marins ramaient encore avec plaisir. C’est après que ça c’est gâté, lorsqu’Euros nous a envoyé sur l’île des Lestrygons, les géants mangeurs de chairs humaines…  Nous n’avons perdu que deux compagnons mais ce n’était que le début car l’île suivante était celle du Cyclope Polyphème. Le pire était pour la fin : Charybde et Scylla nous attendaient pour nous réduire en chair à pâté…
Heureusement que nous avions un équipage solide qui nous a soutenu tout le long de ce périple.
Quelques impressions de voyage :

Nathalie

Ulysse à Pantin

Vendredi 11 mars après-midi, nous avons largué les amarres pour mettre le cap vers la ville de Pantin. Le temps était calme et le soleil brillait. Nous sommes arrivées sans encombres à la médiathèque Elsa triolet où nous avons été accueilli comme Ulysse et ses compagnons dans le palais d’Eole : comme des rois !!!
Notre lieu de mouillage
Régulièrement les membres de l’équipe venaient prendre de nos nouvelles afin de voir si nous ne manquions de rien. Eh bien, tout était parfait : nous avons eu le temps de reconnaître notre nouveau lieu de mouillage, d’installer notre campement, de prendre des forces et de nous détendre avant que l’équipage de la soirée ne monte à bord.
Quand l’équipage a été au complet, nous avons largué les amarres en direction d’Ithaque. Notre premier vent, Apéliote, nous a emmené devant le rocher sanglant des Sirènes mais nous avons pu continuer et le souffle de Borée nous a poussé de Charybde en Scylla… Le voyage commençait fort, heureusement Calcias s’est mis à souffler en direction de l’île du dieu des vents où nous nous sommes reposés.
Et puis nous sommes repartis, Ithaque nous attendait ! Nous avons bien failli y arriver mais la curiosité nous a perdu et c’est sur l’île des terribles Cyclopes que nous avons échoué. Nous avons échappé à Polyphème de justesse mais la malédiction de Poséidon nous a rattrapé, pourtant nous pensions être sorti d’affaire sur lorsque la douce île des Lotophages s’est découpée au loin. Hélas, à peine sorti des limbes de l’oubli, nous avons fini entre les mains des Lestrygons…   
                                                                       
Nathalie
Quelques commentaires de l’équipage du soir :