Ulysse à Pantin

Vendredi 11 mars après-midi, nous avons largué les amarres pour mettre le cap vers la ville de Pantin. Le temps était calme et le soleil brillait. Nous sommes arrivées sans encombres à la médiathèque Elsa triolet où nous avons été accueilli comme Ulysse et ses compagnons dans le palais d’Eole : comme des rois !!!
Notre lieu de mouillage
Régulièrement les membres de l’équipe venaient prendre de nos nouvelles afin de voir si nous ne manquions de rien. Eh bien, tout était parfait : nous avons eu le temps de reconnaître notre nouveau lieu de mouillage, d’installer notre campement, de prendre des forces et de nous détendre avant que l’équipage de la soirée ne monte à bord.
Quand l’équipage a été au complet, nous avons largué les amarres en direction d’Ithaque. Notre premier vent, Apéliote, nous a emmené devant le rocher sanglant des Sirènes mais nous avons pu continuer et le souffle de Borée nous a poussé de Charybde en Scylla… Le voyage commençait fort, heureusement Calcias s’est mis à souffler en direction de l’île du dieu des vents où nous nous sommes reposés.
Et puis nous sommes repartis, Ithaque nous attendait ! Nous avons bien failli y arriver mais la curiosité nous a perdu et c’est sur l’île des terribles Cyclopes que nous avons échoué. Nous avons échappé à Polyphème de justesse mais la malédiction de Poséidon nous a rattrapé, pourtant nous pensions être sorti d’affaire sur lorsque la douce île des Lotophages s’est découpée au loin. Hélas, à peine sorti des limbes de l’oubli, nous avons fini entre les mains des Lestrygons…   
                                                                       
Nathalie
Quelques commentaires de l’équipage du soir :

Télémaque, fils d’Ulysse

Ca y est, après une semaine de travail, Télémaque a fait sa sortie… de chantier !!!! 
Le jour J (jour de la saint Valentin, un beau jour pour des retrouvailles familiales !), nous nous étions données rendez-vous à l’Espace Comme Vous Emoi, à Montreuil. Ce dimanche matin, le lieu était vide et nous avions tout le temps pour nous installer tranquillement. Enfin, c’est ce qui était prévu, mais comme Poséidon s’était levé de mauvais poil, il nous a fallu affronter quelques coups de vent imprévus : arrivée tardive du capitaine de vaisseau, coup de grogne du capitaine en second, oubli de matériel indispensable à la traversée, remise en  conformité du matériel de navigation… Bref, la première sortie de Télémaque au grand jour, s’annonçait un peu houleuse, d’autant que Zeus avait  décidé, entre temps, d’être de la partie en envoyant des pluies dont nous avions peur qu’elles ne décourage notre public.
Nous avons décidé d’aller en éclaireuses sur quelques scènes afin de nous préparer au voyage de Télémaque et de voir si tout était en place. Oui, nous étions enfin prêtes pour le grand voyage et Télémaque aussi
Puis les premiers passagers sont arrivés. Nous sommes allées à leur rencontre afin de les accueillir. Le temps est venu pour tout le monde d’embarquer et pour Télémaque d’entrer en scène avant son père

Photo d’Agathe Hurtig Cadenel

Merci à Agathe qui a fait de très belles photos lors de la présentation de sortie de chantier, elles sont toutes ici : Agathe HC

Nathalie

Ulysse en voyage à Serris

Le palais d’Eole à Serris ?
Samedi soir Ulysse et ses compagnons ont abordé une nouvelle île inconnue : Serris.  
La ville, faite de routes, de vitres et de lumières, dissimulait les panneaux “médiathèque” et c’est perdus au coeur des parkings et autres centres commerciaux, qu’Ulysse et ses compagnons ont bien failli perdre la tête.
L’accueil chaleureux des serrissiens et de l’équipe de la médiathèque nous a permis de reprendre courage afin d’affronter les vents contraires et la colère de Poséidon.

Polyphème, le Cyclope nous a cueilli dès le début du voyage. Suivi des pacifiques mais dangereux fruits de l’oubli des Lotophages. Les Lestrygons ont continué le festin commencé par le Cyclope mais les Sirènes n’en ont pas eu un seul ! Par contre Scylla l’aboyeuse a dévoré six de nos compagnons. Nous avons fini entourés des vents d’Eole
Nous ne pouvions pas finir sans lui, son palais était présent dans les rues ventées de Serris, nous l’avons découvert depuis les hauteurs de la médiathèque.

Olivia et Nathalie

L’arbre de l’oubli
Extrait du livre d’or

Ulysse en lumières

Depuis la semaine dernière, nous comptons un nouveau membre dans l’équipage d’Ulysse au gré des vents : François Bientz, aux commandes lumières !
Les premiers voyages aléatoires tout en lumières ont eu lieu au centre culturel de Lisse (91), jeudi 28 janvier.
Essais lumières au centre culturel de Lisses

Depuis la régie-vigie, François a suivi et éclairé nos deux voyages bien différents :
Le premier a commencé tout en douceur, des fruits de l’île de l’oubli aux bras de Circé la belle… Du coup la suite a été rude : entre les Lestrygons, le cyclope et Charybde et Scylla… Nous avons essuyé beaucoup de pertes mais heureusement les Sirènes n’ont pas eu le dernier mot, c’est Poséidon qui l’a eu, comme d’habitude…
Chemin des 6 îles du premier voyage
Dès le début du deuxième voyage, nous avons senti que Poséidon était en forme et qu’il ne nous laisserait pas en paix : il nous a jeté sur l’île des Lestrygons puis sur celle de son fils, le cyclope Polyphème pour nous précipiter ensuite vers les sirènes et Charyde et Scylla. Heureusement Eole nous a reçu et nous avons pu nous remettre de ces terribles épreuves. Après un mois de festin, Eole nous a remis sur la route d’Ithaque mais une tempête nous a empêché d’atteindre notre île. C’est Circé qui nous a accueilli, d’une bien étrange façon mais tout s’est bien fini, enfin, pas pour tout le monde…
Toile et chemin éclairé
Nathalie

Télémaque à Châtenay Malabry et Colombes

Avant les vacances de noël, grâce au Théâtre du Hublot, nous avons pu présenter t/U par deux fois : le 21 décembre dans un des Lieux d’Ecoute et d’Orientation de Châtenay-Malabry et le 22 décembre pour l’Association des Habitants des Côtes d’Auty, à Colombes. Retour en photos sur les représentations (merci Marylou !)  :
La Guerre de Troie racontée à Télémaque

A Ithaque
L’histoire tout en images d’Ulysse chez Circé
L’épreuve de l’arc


Nous reprenons le travail en janvier et février à CVE. Notez dans vos agendas : nous ferons une sortie de chantier le dimanche 14 février à 15 h 30 !
CVE, 5 rue de la Révolution, 93 100 Montreuil.

Première sortie de Télémaque !

Mercredi 2 décembre, nous avons pris le chemin de Clichy chacune de notre côté : Emmanuelle en voiture avec le décors, les marionnettes et les lumières et moi en métro avec la caméra pour filmer la séance.
Dès l’arrivée tout s’annonce bien : nous avons trouvé une place juste à côté du Centre Social Serge Gainsbourg et le Kamu (Kafé Associatif pour une Mixité Urbaine) nous ouvre ses portes pour déjeuner : accueil, lieu, repas, tout est agréable ! 
Dès 13 heures, Marylou, du Théâtre du Hublot et Dalila de Centre Social nous accueillent. Nous découvrons le lieu, déchargeons la voiture puis installons notre Ithaque de jeu. 
A 15 heures, nos jeunes spectateurs du Centre Social arrivent, avec quelques parents et l’animateur. Une fois que tout le monde est installé, les lumières s’éteignent, nous nous mettons en place et le spectacle commence !
Télémaque se lance pour la première fois dans son aventure sous le regard et les oreilles attentives d’une quinzaine de personnes. 47 minutes de voyage entre Ithaque, la guerre de Troie, Pylos, Sparte en passant par l’île de Circé.  
Les prétendants ne parviendront pas à venir à bout de Télémaque, ni d’Ulysse et encore moins de la belle Pénélope !
Les prétendants complotent
A la fin du spectacle, une discussion nous permet de découvrir un peu plus notre public passionné de mythologie et qui connaissaient, pour certains, des passages de l’Odyssée, mais pas Télémaque !
Pour finir, Emmanuelle leur a montré les coulisses des ombres : jeux de lumières et silhouettes qui s’animent sur la toile pour chacun.
“- Ouah ! C’est trop cool !”
La première sortie de Télémaque c’est bien passée. Nous sommes reparties le coeur joyeux, mais le travail continu !!!!
Et puis pour ceux et celles qui ont raté l’article précédent sur les coulisses du spectacle en préparation, vous pouvez visionner la vidéo d’un moment de travail ici : : T/u, les coulisses

Ulysse revient !

Notre traversée à Carrières-sur-Seine a commencé sous de bons auspices : le soleil brillait, une brise légère soufflait et sur la place où nous avons fait halte pour reprendre nos forces, une surprise nous attendait… Les dieux étaient avec nous, c’était sûr !
L’équipage a été nombreux à embarquer à 15 heures et la vigie a eu ses 6 matelots pour annoncer les terres où les vents allaient nous emmener.

Malgré ces excellentes conditions, la traversée a tout de suite commencé sur des chapeaux de rames :

Nous avons fuit face aux Lestrygons, ces géants mangeurs de chairs de marins pour ensuite tomber de Charybde en Scylla
Heureusement, nous avons pu faire une pause sur l’île douce et accueillante des Lotophages.
Quand nous sommes repartis, un autre géant nous attendait : Polyphème, le cyclope. Nous avons échappé de justesse à son oeil et si Ulysse n’avait pas fait son malin, nous serions arrivés à Ithaque, au lieu de ça Poséidon a déclenché une tempête qui nous a emmené droit sur les Sirènes ! Heureusement qu’on avait de la cire dans les oreilles pour pas les entendre, du coup on a continué à ramer jusqu’à l’île de la magicienne Circé. On est restés là un an mais au bout d’un an, on n’avait qu’une seule idée en tête : rentrer à Ithaque, revoir femmes, enfants, brebis, pays natal, cieux cléments, farniente, ouzo, olives…Seulement les dieux en avaient encore une fois décidé autrement.

Faire Carrières sur Seine n’est pas donné à tout le monde, Ulysse est donc reparti loin, bien loin…

Après Ulysse, Télémaque !

Depuis cet été se prépare le nouveau volet du “Projet Odyssée”, rebaptisé “C Personne”. Après nous être attachées à Ulysse, nous continuons notre périple au long cours en nous penchant sur le destin de Télémaque
Ce nouveau projet, T/u (“T” pour Télémaque et “u” pour Ulysse) sera l’occasion, d’aller plus loin dans l’exploration de l’Odyssée en croisant l’univers plastique et visuel d’Emmanuelle Trazic de la  compagnie CoMca (marionnette bunraku, théâtre d’objet, théâtre d’ombre…) avec ma parole contée et rythmée.

Pour nous accompagner dans cette nouvelle aventure, il y aura bien sûr Olivia Machon de la compagnie Sublime Théâtre, notre oeil extérieur et ô combien complice et aussi Olivier Lerat, conteur-slameur, compositeur de la musique et oreille extérieure nécessaire !
Le travail est en cours grâce au soutien du Théâtre du Hublot, à Colombes qui nous fait confiance et nous propose de présenter des étapes de notre recherche, dans des appartements, tout au long de la saison 2015-16.
En attendant, que Télémaque sorte de l’ombre de son père, un petit croquis d’Emmanuelle pour donner envie d’en voir plus.

         


Notre équipage a une nouvelle fois accosté sur les plages du collège André Chenier à Eaubonne (que nous avions déjà visité l’année dernière pour un stage ombre et conte), cette fois-ci nous avions un nouveau partenaire, le théâtre de l’Orange bleue d’Eaubonne, et bien sûr toujours la Maison du Geste et de l’Image et le conseil général du Val d’Oise.
La classe de 6ème encadrée par leurs professeurs d’art plastique et de français (respectivement Céline Lestoquard et Caroline Cosson), s’est embarqué dans une aventure de théâtre gestuel (avec Olivia Machon), marionnettes et vidéo (avec Emmanuelle Trazic), entre réel et irréel.
Dans la grotte du cyclope
Le cap a tenir était ambitieux: story-board, fabrication d’accessoires et de marionnettes, tournage des videos, travail d’interprétation corporel et vocal, travail de manipulation, et interaction du jeux au plateau avec les vidéos projetées… Sans compter les magnifiques textes qu’ils avaient produits avec leur professeur de français avant notre arrivée et qu’Olivia a mis en scène.
Sur le navire, il faut ramer !
Pour aboutir à un magnifique spectacle sur le grand plateau de l’Orange bleue, auquel ont pu assister deux 6ème du collège ainsi que deux classes de CM2 de la ville. Un grand merci à toute l’équipe du théâtre (et particulièrement l’équipe technique) pour leur accueil, et a celle du collège qui s’est mobilisée autour du projet.
A l’approche des sirènes
Sacré aventure! Une fois de plus, j’en ressors stupéfaite de ce que les élèves sont capables de produire et de l’énergie qu’ils engagent pour atteindre l’objectif qu’on croit toujours avoir fixé “un peu haut”.
J’avoue aussi que j’en ressors chaque fois impressionnée par les enseignants, leur mobilisation autour des projets et surtout leur foi qui semble inébranlable.
Bravo à tous et bon vent!
                                                                      Emmanuelle