Un Parcours d’Ulysse

Un Parcours d’Ulysse -Intégration des pratiques artistiques amateurs 
Une collaboration CRD Montreuil-Collège Paul Eluard de Montreuil-Espace Comme Vous Emoi-compagnie COMCA-Cont’Animés-Sublime Théâtre
Elèves de 3ème et 4ème CHAV
Professeurs : Frédérique Autre-Rosenfeld, Claude Aubague
Compositeur : Marc Laurette
Marimba : Laurence Chave
Conte : Nathalie Bondoux
Interventions et interprétations :
Marionnette et manipulation de matériaux Emmanuelle Trazic
Théâtre gestuel : Olivia Machon

Le projet : Faire se rencontrer autour du « Parcours d’Ulysse », en une vingtaine d’heures d’atelier puis sur le plateau, des artistes en création et des 3èmes et 4èmes de de la classe à horaires aménagés voix du collège Paul Eluard-Conservatoire de Montreuil.
Le lieu : la salle polyvalente du collège

En vrac : Quelques matériaux, une prise d’espace linéaire très souvent qu’on essaye de déconstruire, quelques lueurs lors d’une ou de l’autre intervention, les masques, les tissus, les têtes des marionnettes, le corps d’Achille, le mime, la manipulation, le sound painting, des ailes de sirène, « In every Seashell », de la masse, le choeur, un regard, un engouement, “I Harom Hordo”, un sourire éventuellement pour sortir de la routine, on est encore loin, très loin du feu d’artifice.
Un projet à la fois hardi et actuel de par son thème et sa transversalité. Il a été porté six mois durant avec enthousiasme et courage par les professeurs.
Un pied dans une expérience osée, dans la mesure où elle repose sur la confiance en la part créative de chacun en laissant de coté le besoin ambiant de réalisation “qui brille” au profit de la sincérité, de la vérité de l’instant et du processus.
Le jour J, on change de salle, l’Espace Comme vous Emoi.
Enfin, le groupe prend conscience de l’immédiateté de l’évènement, accepte, espère. Les parents sont aux rendez-vous, le directeur, les amis. Le rendu est encore fragile, mais joli. Le lendemain c’est au Conservatoire de Montreuil que nous allons, belle salle, on peut faire le noir et des lumières, les ombres existent, les matériaux et corps sont mis en valeur, on est au spectacle.

 

Ce qu’on reçoit : l’indifférence des participants, au moins en apparence, parfois une hostilité et aussi pour les artistes et les professeurs, une grande solitude. L’impression d’avoir déployé le maximum d’avoir essayé tant qu’on pouvait de transmettre, de donner. Le retour est variable, mitigé, d’une fois sur l’autre, les réactions sont démesurées  : trois désertions, puis deux et puis un regard, enfin, un sourire, une réaction, un « C’ était génial! » 
-Ah bon? Qu’est ce qui se passe? On ne vient pas tout à fait de la même planète, on a oublié, en partie au moins, les affres de l’adolescence.
Aujourd’hui, elle est derrière nous, l’expérience, précieuse, unique, la rencontre avec les jeunes, leur chant, notre histoire, la leur, les propositions du compositeur, le marimba qui soulève, les discussions avec Claude, la chef de coeur qui donne, qui ne compte pas, qui aime, qui y croit et tient bon!
Une puissance portée par le chant et le choeur au sens antique, un appui qu’on imagine prendre racine et pouvoir devenir un socle puissant, un jour.

Demain nous reprendrons notre Odyssée vers d’autres îles, dans d’autres contrées, au gré des vents. L’expérience nous accompagnera dans nos pérégrinations : La nymphe Calypso tintée d’”In every Seashell”, nos coups de rames rythmés par “I Harom hordo”, le nostos de nos marins résonnera avec “beautiful, my delight…”, le chargement porté par “Athéna”.
Merci à tous.
Ce matin, nous levons notre tasse: 
A Frédérique, 
A Marc,
Aux participantes qui se sont jetées à l’eau,
A la relativité de l’art, 
A son pouvoir de sublimation potentielle, 
A l’éphémère, 
Au poète,
A l’instant présent, 
A nos quatorze ans !
Emmanuelle et Olivia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *